0

Exposition « La beauté des lignes… » à la Propriété Caillebotte – Inscrivez Vous

Invitation vous pour l’exposition  de photographies

« La beauté des lignes » 

Iinscription  sur le doodle ci dessous :

Monsieur Nicolas Dupont-Aignan député de l’Essonne et Madame Marie-Agnès Loubrieu des Groupes Propriété Caillebotte au Service des Affaires Culturelles et du Patrimoine à la Mairie de Yerres nous invite en soirée du 19 novembre 2018 à 19h00 afin de découvrir l’exposition de photographies « La beauté des lignes, chefs-d’œuvre de la collection Gilman & Gonzalez-Falla ». Cette exposition présente une sélection de 126 chefs-d’œuvre de l’histoire de la photographie issus de la collection exceptionnelle de Sondra Gilman et Celso Gonzalez-Falla.

Une collection unique
Le couple Gilman – Gonzalez-Falla, Américains amoureux de la France, a commencé à acquérir des photographies dans les années 70. À cette époque, le couple découvre les clichés de Eugène Atget, photographe français : une révélation, qui les pousse à constituer une collection unique au monde, en achetant par goût, sans se soucier de la cote du photographe. Une démarche qui permet de retracer l’histoire de la photographie et de jauger de l’importance de la force des images selon leurs époques.

La ligne comme élément clé
La ligne constitue la base de la composition photographique. Le plus souvent, face à la photographie, le spectateur observe tout d’abord le monde qui lui est donné à voir. Il scrute le visage ou le paysage et s’émerveille des détails, jusqu’à parfois oublier qu’il se trouve
face à une feuille de papier, aussi plate qu’une page de livre : il risque de ne pas voir les lignes – droites, courbes, obliques – qui constituent pourtant la base de la composition photographique.
Confronté aux oeuvres qui sont exposées cet automne à la Ferme Ornée, le visiteur est invité à expérimenter la puissance de la ligne photographique.

Une exposition en trois temps
Droites, courbes, abstractions : l’exposition est divisée en plusieurs sections autour du thème des lignes. Au cours de l’histoire, les photographes n’ont en effet cessé d’osciller entre deux tendances : l’illusion de la réalité et la mise en valeur des qualités plastiques de l’image. Qu’il s’agisse de “lignes instantanées”, selon l’expression d’Henri Cartier-Bresson, de lignes rationnelles inspirées des New Topographics ou de la diversité des lignes courbes du corps humain, le tracé structure et parfois réinvente le réel, jusqu’à l’abstraction.
En confrontant des oeuvres d’artistes tels que Stéphane Couturier, Hiroshi Sugimoto, Lewis Baltz et Robert Adams, la première section de l’exposition attire le regard sur l’importance des lignes de force de l’image et du sentiment qui se dégage lorsque celles-ci sont strictement parallèles ou, au contraire, en apparence du moins, plus spontanées.
Les oeuvres d’Edward Weston, de Bill Brandt, d’André Kertész, de Robert Mapplethorpe, de Leon Levinstein et de Berenice Abbott, montrent que la ligne courbe dessine tous les corps, masculins et féminins, photographiés dans leur entier ou en détail.
Enfin, la dernière section de l’exposition réunit des photographies d’Aaron Siskind, de Minor White, de Ray K. Metzker et d’Harry Callahan, dont la référence au réel se perd, laissant d’abord voir les lignes d’abstraction de l’image.

 

Propriété Caillebotte
8 rue de Concy
91 330 Yerres

 

 

Walter DE MARTIN

Laisser un commentaire